1 – En fonction du thème et de l’audience

Il existe de nombreux types de magazine selon le thème que vous souhaitez aborder et le public à qui il est destiné. Vous pouvez choisir de mettre en valeur votre passion : la mode, le sport, les animaux, le jardinage

Vous pouvez aussi adapter le contenu de votre futur magazine à votre public. Par exemple si vous faites partie d’un lycée ou d’une école d’enseignement supérieur, vous choisirez un thème qui plaît aux autres élèves : la vie de l’établissement, l’actualité sportive du club de l’école…

Les chefs d’entreprise, même de TPE, feront un magazine sur leur secteur d’activité ou sur le fonctionnement de leur entreprise. Vous pouvez aussi vous investir dans le domaine associatif de votre commune : une bonne action qui profitera à tous les habitants.

Votre ambition est peut-être aussi de créer un magazine papier comme support de publicité pour votre entreprise. Ainsi, vous ferez parler de votre entreprise avec un projet positif et enrichissant.

2 – Créer des rubriques

Le rubriquage est en quelque sorte un plan, il suit une logique dans l’information.

En général, on trouve toute l’actualité en début de magazine, un dossier de plusieurs pages au centre, ensuite des rubriques plus légères comme la culture, le cinéma, les livres, des pêle-mêle de photos légendées. On termine sur des informations pratiques qui fidélisent le lecteur. Il n’est pas rare d’ouvrir un magazine que l’on connaît bien directement à la rubrique que l’on préfère…

3 – Définissez votre audience

Une fois que vous aurez déterminé de quoi traitera votre magazine, il vous restera à préciser votre cœur d’audience. Est-ce que ce sont des hommes, des femmes ? Quel âge ont-ils ? Quel est leur environnement socio-professionnel ? Rappelez-vous que même si créer un magazine papier vous fait plaisir, l’important est que votre bébé soit lu.

4 – La fréquence de parution

Le choix de la fréquence de parution est une étape importante. Elle est souvent influencée par la taille de votre ville si le magazine concerne une municipalité, la taille de votre entreprise si c’est une publication interne, la taille de votre marché si vous êtes sur un magazine commercial. Mais également la saisonnalité, qui concerne surtout les secteurs touristiques et gastronomiques.

Il peut donc être mensuel, bimensuel, trimestriel, ou annuel.

5 – Le chemin de fer

Le chemin de fer se traduit par l’organisation des sujets (textes et images) dans leurs rubriques respectives. Il se prépare idéalement avec un comité de rédaction qui a travaillé en amont sur les sujets. Il est intéressant aussi de travailler sur la hiérarchisation des sujets au sein d’une même rubrique.

On retrouve en général dans une rubrique, pour un même sujet ou non :

  • un article majeur,
  • un article mineur,
  • une ou deux brèves,
  • d’autres éléments graphiques comme des exergues ou des chiffres clés…
Un chemin de fer

6 – L’iconographie

Une banque d’image est une bonne option, mais si le budget le permet, des prises de vues professionnelles, des photos reportage ou des illustrations originales restent les solutions les plus adaptées.

Les visuels de qualité sont indispensables pour illustrer correctement les sujets et participent pour beaucoup au rendu final.

7 – La maquette

Une fois que vous avez le squelette de votre magazine, il ne vous reste plus qu’à faire appel à notre équipe (cf. PIDS#4 comment faire un bon brief) ! Les compétences de nos graphistes dans le domaine de la presse et l’édition répondront à vos attentes. Il y a un ensemble de codes de presse spécifiques et des règles typographiques qu’il faut respecter et qui garantissent un rendu professionnel.

Pour aller plus loin :

le calibrage du texte

Votre maquette est validée. Pour conserver l’aspect graphique du mag. Trop de texte dans une maquette qui n’en attendait pas beaucoup modifie totalement son esprit et son équilibre. Pour pallier ce risque, le graphiste vous renseignera sur le nombre de signes à ne pas dépasser en fonction des articles : c’est le calibrage du texte et il est primordial.

En résumé, pour être efficace, ce sont les textes qui s’adaptent à la maquette et non la maquette qui change pour les textes.
Dans ce même état d’esprit, les de texte doivent, si possible, rester marginales.

Et le format ?

Vous avez le choix entre des formats standards, format poche (11 x 17 cm), grand (16 x 24 cm), A4 portrait (21 x 29,7 cm) ou A5 portrait (14,8 x 21 cm) mais aussi des formats optimisés (qui ne gâchent pas de papier tout en sortant un peu des formats standards) ou tout à fait originaux. Le type de papier, la reliure (en fonction de la pagination) feront aussi de votre magazine un objet exceptionnel !

Laissez un commentaire

WordPress Lightbox Plugin